Étapes de montage

Par : CFA asbl

Partagez ce bonus

Voici quelques étapes à ne pas oublier pour monter un film. Surtout, ne vendez pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué !

ACQUISITION
Il s’agit d’enregistrer les rushes du film sur l’ordinateur. Créez sur votre ordinateur un dossier pour votre montage. Dans ce dossier, vous rangerez tous les fichiers liés à votre film : rushs, sons additionnels, projet de montage, etc. Créez ensuite un sous-dossier « Rushes », dans lequel vous copiez toutes les rushes du film. Attention : le logiciel de montage crée automatiquement, pendant que vous montez, des fichiers temporaires. Il faut donc configurer le logiciel de montage afin de lui indiquer où il doit sauver ces fichiers.

DÉRUSHAGE
Une fois la numérisation effectuée, on dérushe, c’est-à-dire que l’on regarde ses images. Le dérushage permet une connaissance approfondie du matériel image et son dont on va disposer pour le montage. Il faut être très attentif et noter le plus de détails possible.
Pratiquement, on retranscrit dans un tableau les informations-clés. Le tableau se présente sous plusieurs colonnes (le plus souvent 3 mais vous pouvez adapter) : time code ou nom du fichier, description et remarques. On note le contenu du plan, son intérêt pour le montage, un événement ou une parole intéréssante, etc. On peut également entourer les prises que l’on préfère.
Attention : Il ne faut jamais effacer de rushes, même si l’on pense que l’on ne pas utiliser le plan. On ne sait jamais…

CONSTRUCTION
Après le dérushage, un temps est nécessaire pour chercher la structure du film, en discutant ou en écrivant. Il peut être utile d’avoir recours à des post-it sur lesquels on marque les grandes lignes du film, que l’on va déplacer entre eux pour faire émerger du sens. Une fois la structure établie dans les grandes lignes, on peut passer à l’étape suivante.

OURS
Il s’agit, comme son nom l’indique, du montage « mal léché » : on monte grossièrement les plans dans l’ordre choisi, sans travailler les raccords ou le rythme. L’ours donne une idée de la structure du film, c’est un squelette qui permet de voir si l’histoire est compréhensible et bien structurée. Après la première vision de cet ours, on va modifier l'ordre des scènes, retirer des plans ou au contraire ajouter des éléments utiles à la compréhension, pour aboutir à une structure qui fonctionne.

MONTAGE IMAGE
Une fois que la structure est établie, on affine chaque raccord image, on épure, on donne du rythme. On ne s’attache pas encore à travailler les raccords son, sous peine de devoir faire le travail deux fois (ex : j’ai travaillé sur un raccord sonore, puis je décider finalement d’allonger un plan… Le raccord son est alors à refaire). Cela ne signifie pas que l’on ne peut pas encore placer de sons dans le montage, c’est même conseillé s’ils sont indispensables à la compréhension du film. On ajoute également les titres.

MONTAGE SON
Une fois le montage image bouclé,  on procède au montage son : travail sur les raccords sonores, ajouts des musiques ou autres sons qui n’auraient pas encore été placés, etc.

MIXAGE
Lorsque le montage image et son est bouclé, on procède à l’égalisation du niveau des sons entre eux, afin de mettre en avant certains sons par rapport à d’autres. Un bon mixage permet d’entendre correctement les voix. 

ÉTALONNAGE
Il s’agit de travailler la couleur, la lumière et le contraste des images.

EXPORT
Il s’agit de  faire un seul film à partir de l'assemblage de plans qui sont sur votre timeline, pour obtenir un fichier qui pourra être lu par tout le monde, sans avoir besoin de votre logiciel de montage.

Bravo, votre film est prêt à être projeté !